. .

pour les curieux

People crying in the Presence of Marina Abramovic...

Marina Abramovic's Birthday... Highly recommended

 

The «grandmother of performance art» would likely embrace the gesture, given the hundreds of weeping visitors she faced during her 2010 cry-fest MoMA retrospective, «The Artist is Present.» Who could forget Girls star Jemima Kirke sitting in the chair opposite of Ms. Abramovic, bawling her eyes out with the intensity of someone watching «The Notebook» for the very first time? Or the 1,500 other fans who visited the artist during her 736 hour, 30 minute endurance performance, only to sob once they encountered her for the first time?..

lire l'article en entier ...

 

Cet article est disponible uniquement en anglais. Avec nos excuses !

 

 

Le courage de ne pas tout dire...
Les Expats, sur la France et la Russie, dans le Courrier de Russie

L’un des plus « petits » journaux français (édité depuis quelques années en Russie) frappe toujours par son impartialité, son ouverture d’esprit et sa sincérité, pour tout dire à peine professionnelle, et de plus en plus insolite dans la « grande » presse. Le courage consiste sans doute à ne pas tout dire… Hélas !

Ces quelques articles, publiés par le www.lecourrierderussie, sont assez éloquents :

 

J’accuse… !

 

« … La France va mal. Bon, elle vous énerve, c’est normal : vous ne voyez plus que ses défauts. Mais ce qu’elle a fait de vous, vous ne pouvez pas le nier… à moins que ce ne soit votre propre image que vous dédaigniez… »

lire l'article en entier

 

 

Entre la carrière et l’activité de missionnaire

Andreï Kouraïev est une des rares personnalités de l’Église à avoir pris position pour soutenir Pussy Riot. Un interview avec le protodiacre.

 

Il y a trois ans, vous êtes devenu protodiacre. Un grade pas si élevé pour un quart de siècle de service. S’agit-il de votre choix propre ou d’une conséquence de votre non-conformisme ?

A. K. : Je ne suis pas entré dans l’Église pour faire carrière. Entre la carrière et l’activité de missionnaire, j’ai choisi la seconde et je suis certain de ne pas m’être trompé. Chaque jour, je reçois des messages dans lesquels les gens me remercient parce que j’ai aidé l’un à sortir d’une secte, l’autre à préserver sa famille. J’ai donné un jour une conférence dans une ville ukrainienne. À la fin, quand les gens commençaient de se disperser, le prêtre local a attiré mon attention sur un homme en baskets blanches. « Vous voyez, il tient votre livre dans ses mains. C’est notre tueur à gages local. Mais après qu’il a ouvert vos livres, il a commencé petit à petit de quitter son métier », m’a-t-il dit. Depuis, c’est vrai, une question me tourmente : que veut dire « petit à petit » ? C’est quoi, est-ce qu’il ne prend pas de commande les jours de carême ? ...

lire l'article en entier

 

 

Sous l’influence d’un virus mental ou comment distinguer l’information de la désinformation

 

Foma : …certains bloggeurs anonymes ont lancé la nouvelle, qui a été reprise ensuite par des gens pas idiots, qui se sont mis à débattre, réfléchir, tirer des conclusions…

I. A. : Je qualifie ce phénomène de virus mental. Nous y sommes tous exposés. Généralement, quand il s’agit d’un virus, les gens n’expriment pas une opinion propre sur une nouvelle mais répètent simplement ce qu’ils viennent juste d’entendre, avec la même argumentation, avec les mêmes conclusions...

 

...Quand je vois aujourd’hui des non croyants et des agnostiques publier sur leurs pages des nouvelles sur l’Église qui, semble-t-il, devraient ne pas les concerner – tout cela me rappelle l’histoire avec les émigrés. Après soixante-dix années de période soviétique, nous sommes tous, dans une certaine mesure, des émigrés hors de l’Orthodoxie. La différence tient seulement au fait qu’à l’étranger les gens partent d’eux-mêmes, alors qu’on nous a chassé de l’Orthodoxie, contre notre gré. Du reste, la tendance dans notre pays penche vers la chrétienté : il y a comme un courant sous nos pieds qui y mène. On peut le suivre, on peut se buter. Mais c’est comme si tout poussait à ce que tout de même, tous se déplacent vers l’Orthodoxie : c’est le cœur de la culture, parents et amis portent des croix, il y a tout autour de nombreuses églises.

Et l’émigré hors de l’Orthodoxie sent qu’il devrait s’y connaître dans tout cela, lire des choses, comprendre pourquoi les gens intelligents et respectables sont orthodoxes. Mais il n’en a pas envie et il commence à se persuader qu’au sein de l’Église tout est affreux et qu’il fait bien de rester en dehors…

Source : Konstantin Matsan, Foma

lire l'article en entier

 

 

En prison, si tu es pédophile, on ne te viole pas tout de suite

Andreï Rubanov, quarante trois ans, était un homme d’affaires à succès quand, en 1996, une affaire de détournement de fonds publics liée à la Tchétchénie l’envoie en prison pour trois ans. Rencontre à l’occasion d’un numéro spécialement consacré aux prisons russes.

par Jean-Félix DE LA VILLE BAUGÉ

LCDR : Et quelles sont vos impressions sur ce monde criminel ?

A.R : C’est un monde moral. En prison, si tu es moral, tu survis plus facilement.

LCDR : Moral ?

A.R : Il y a des règles à suivre.

LCDR : Comme ?

A.R : Tu ne prends pas ce qui ne t’appartient pas, tu ne te bats pas physiquement, tu vis en paix, tu ne gênes pas les autres. Des choses assez simples en fait.

LCDR : Et ceux qui violent ces règles ?

A.R : Ils sont punis.

LCDR : Hm hm…

A.R : On les bat. On peut les battre à mort. Ou les humilier.

LCDR : Les humilier ? C’est-à-dire… les violer ?

A.R : Oui. Et c’est ce qu’il y a de plus affreux.

 

lire l'article en entier

 

 

histoire d’amour entre deux tractoristes

Cette histoire, qui peut vous paraître incroyable, est pourtant tout à fait véridique. Les noms des personnages et du lieu de leur résidence n’ont pas été changés (le village, sur leur demande, n’est désigné que par la première lettre de son nom, mais l’oblast est indiqué tel quel).

 

Valery : Bon, tu as assez bavassé. Allez, raconte comment tu as fait de moi un pédé.

Sergueï : Je n’ai rien fait de toi. Tu ne m’as pas frappé après ça, que je sache. Bon, en gros, Valera, je l’ai remarqué tout de suite, dès que nous avons commencé à travailler. Et toutes ces années, il était mon plus puissant fantasme. Ici, au village, le premier et le dernier…

Source : Colta.ru

lire l'article en entier

 

fin de la sélection

suite...

 

 

Un artiste a-t-il besoin d'un tremplin à sa carrière ?
L'art contemporain a-t-il un avenir en Russie?
Interview de Aidan Salakhov

Cet article est disponible uniquement en russe. Avec nos excuses !

 

 

 

Julian Assange animera une émission sur la chaîne russe

La nouvelle a été annoncée par la rédactrice en chef de Russia Today Margarita Simonyan via twitter. A en croire le service de presse de la chaîne russe, le contrat comprend 10 émissions de 26 minutes chacune. Monsieur Assange invitera des « hommes politiques et des révolutionnaires », des personnages clés « de l’agenda de la vie politique de demain ».

lire plus...